Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Où Suis-Je ? Où Vais-Je ?

  • CorineTitgoutte
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !

A voir aussi

Rendez donc visite à La Carne, mon alter ego énervé. Blog satirique, hygiénique et apériodique.

 

Pour les oreilles :


  • Doude Baolescu : morceaux piochés dans l'ensemble de mon parcours musical.
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 17:32

PROLOGURE




« Yé vois... yé vois oune guitarde électriqué, rosso, avec oune autocollante déssous qué ça réprésente oune bras d'honnor ; et oune tambour à moitié crévé. Yé vouas aussi votré choute, molto doure et dolorosa. En vérité, yé vous lé dis, signor Présidenté, cé groupo dé rock soubversive séra l'oriyine dé votre déchéanza ! »


Le Président de la République leva les yeux de la boule de cristal pour les planter dans ceux de la voyante. Il y lut un certain effarement, sous la couche de fard signée Leroy-Merlin, et ceci le convainquit. Il allait encore devoir puiser dans les fonds secrets de l'Elysée. Comme l'encens commençait à lui chatouiller les trous de nez, il se leva, salua poliment son hôtesse du chapeau, et sortit.









CHAPITRE POMMIER

Dans lequel on te résume les chapitres précédents







Or donc, mon valeureux Marquis et moi-même nous remettions doucement de nos précédentes aventures1. Elles nous avaient éprouvés, ces aventures, à tel point que seul le ronron neurasthénique d'un cours universitaire pouvait calmer nos nerfs et nous procurer un sommeil réparateur. Jamais nous n'avions été aussi assidus à la fac.


Pour tous nos infidèles lecteurs qui n'auraient pas eu le bonheur de lire notre précédent chef-d'oeuvre, je rappelle que nous sommes désormais deux agents secrets au service d'un service secret tellement secret qu'on ne sait même pas quelle nation le chapeaute. Nous y avons été introduits grâce au sauvetage héroïque et in extremis (pléonasme) d'Euphoria, superbe espionne qui avait été kidpa... enlevée par d'impitoyables trafiquants de cornée2.

Désormais, nous étions espions sous couverture. Ca ne nous changeait guère car nous nous faisions passer pour d'honnêtes étudiants de la glorieuse Fac de Lettres de Dijon, toujours en première année (par souci de crédibilité de cette fausse identité).

Et étudiants sous couverture, nous l'avions toujours été.

 


1Lire absolument « Ire et Colyre », en vente dans toutes les bonnes charcuteries.

2Voir 1.

Repost 0
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 20:16

J'ai été tagué par Harmonie qui l'a été par Antiochus.


Prenez le livre que vous lisez en ce moment, allez à la page 123, cherchez la cinquième phrase et recopiez-la, in extenso, après les cinq phrases suivantes, puis taguez cinq autres personnes.

Pour ma part, j'étais en train de lire Le Dictateur et le Hamac, de Daniel Pennac ; et je suis heureux de ne pas avoir été taggé pendant ma lecture de Pif Gadget aux cabinets.

Ca donne ça :

"Car mon Chagrin était éloquent, et ma langue était le porte-voix de mon Chagrin.

Et quand nous chantions ensemble, nos voisins se mettaient à leurs fenêtres pour nous écouter. Car nos chants étaient profonds comme la mer et pleins de souvenirs étranges.

Et lorsque nous marchions côte à côte, les regards des passants étaient sourires et leurs commentaires tendresse.

Et c'est un bon coiffeur."


Je passe le flambeau à Cubik, Dylexsique, Aga, Artann et Ytalulok.


Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans Mon blog a une âme
commenter cet article
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 13:46

Salut
J'ai pris la décision d'héberger le Journal sur un blog bien à lui : La Carne. Question de lisibilité et de cohérence ! Ne restera plus qu'à savoir s'il sera possible de mener les deux de front...
Portez-vous bien.

Corinne.
Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans Mon blog a une âme
commenter cet article
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 07:57

Je vous propose un grand concours de pastiches de "Quelqu'un m'a dit", de notre bien-aimée Première Dame de France. Mettez en com' vos liens vers MP3 et/ou textes, le/la grand(e) gagnant(e) recevra en juillet le nouvel album de Dame Carla.


En bonus, une chanson con (pas enregistrée par Matthieu et ça s'entend) avec à la fin ma propre contribution au concours. Enjoy !

 


Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans Mon blog a une âme
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 09:55

Il m'est apparu qu'il était temps de faire un petit bilan de ce blog au succès international s'il en est (puisque je peux affirmer avec certitude que j'ai au moins un lecteur de Belgique). Ne voulant pas humilier mes collègues blogueurs, je ne vais pas publier mes stats de fréquentation.
Par contre, voici donc un petit best-of des mots-clés utilisés dans les moteurs de recherche qui ont mené les internautes égarés chez moi.

La palme est sans conteste attribuée à "sale con de dieu", puisque c'est non seulement le plus drôle mais aussi le plus fréquent des mots-clés utilisés. Voilà qui flatte mon anticléricalisme primaire.

J'aime beaucoup aussi "bruit des semelles en plastique sur lino" ; très évocateur de l'impression qu'on a à la lecture du blog.

Je passe bien sûr l'ensemble des chercheurs pervers : "Mon curé chez les putes", "sodo sur une aire d'autoroute", "pute pour routier"... Tout ça pour une seule chanson ! Des coups à vous faire passer pour un obsédé.

Je retiendrai surtout le mignon "infirmière est un métier allégorique". C'est très vrai.


En tout cas, bravo à ces chers googlers qui font preuve de beaucoup d'imagination pour aboutir chez Corinne !  

Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans Mon blog a une âme
commenter cet article
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 18:48

Un petit dessin qui sera projeté à l'Assemblée Générale de l'association pour laquelle je travaille, illustrant le travail qui se fait à l'EAJ (structure qui accueille des adolescents déscolarisés).

Repost 0
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 18:47

Repost 0
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 12:42

Le boulot d'éducateur consiste surtout à faire croire aux jeunes que le monde veut bien d'eux.
Repost 0
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 12:07

L'EMPATHIE



L'HUMANISME


L'ECOUTE

Vue en coupe d'une oreille d'éducateur


Repost 0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 08:56

Avant de quitter Nogent-sur-Marne, j'aimerais boucler mes valises.
Cette ville fut en effet pour moi le théâtre d'émotions intenses et pas vraiment agréables : déception, déprime, désabusement... Je voudrais lui rendre sa part, sans doute avec un peu de rancoeur, mais surtout au travers du prisme de la culture et de la tradition.
Pour moi, ces deux termes s'opposent. La culture vient du sentiment de reconnaissance qu'on ressent à l'égard d'un lieu, d'un groupe de personnes, de nous accueillir et de nous enrichir. La tradition est un dogme fondé sur la fierté imbécile "d'en être".
Par exemple, Nogent (et les bords de Marne en général) est réputée pour ses guinguettes, le petit vin blanc, la douceur de vivre, les pique-niques dominicaux...

Il n'y a plus de guinguette à Nogent ; on n'y danse plus vraiment qu'au conservatoire de danse. Seuls les tableaux du musée sont témoins de ce passé révolu. Pourtant, cet esprit est revendiqué, mais voyez comment : lors des événements de la ville (brocante, etc.), des groupes de musette reprenant les standards de l'époque font l'animation des stands. Oui, comme l'animateur du rayon charcuterie de chez Carrefour. Vitrine. C'est un dogme dans le sens où d'une part le musette est une musique à faire danser (là, il n'y a que les animateurs en maillot rayé et canotier qui dansent) et d'autre part parce qu'il n'y a que des reprises. Leur musique n'est pas vivante, c'est un étalage de camelot qui vend sa ville.
Le petit vin blanc qu'on buvait sous les tonnelles est une piquette infâme dont la consommation est réservée à quelques privilégiés ("La Confrérie du Petit Vin Blanc", je n'invente rien...). De toute façon, le petit blanc qu'on dégustait à l'époque ne venait pas toujours de raisin nogentais (mais plus sûrement des entrepôts de Bercy) ; là, un carré de vignes donne du raisin aigre dont quelques snobinards font l'éloge. Dogme.
Les bords de Marne, si prisés pour leur beauté, synonymes de détente et de douceur de vivre, ont été équipés de la façon de celui qui se fait une idée de ce qu'est la douceur de vivre sans jamais avoir tenté de l'expérimenter. Aujourd'hui, la douceur de vivre sur les bords de Marne à Nogent, c'est un stade, un bowling-billard, une piscine olympique (à 6€ l'entrée, ça fait cher la mycose), un port de plaisance (8€ la balade en bateau), un carré de pelouse de 20m de côté (bondé de monde aux beaux jours) et des aires de jeux pour enfants. Dogme.
Le Pavillon Baltard, ancienne halle de marché parisienne rescapée du démantèlement, est désormais un bâtiment événementiel (La Nouvelle Star, entre autres) ; pour le quotidien, on se contente d'un marché couvert-gymnase d'architecture quasi-soviétique (on dirait un bâtiment scolaire des années 70). Dogme.
La population d'origine italienne n'a laissé pour seule trace de son passage qu'une épicerie fine et une plaque commémorant la naissance de François Cavanna. Dogme.
On ne vit plus, à Nogent : on visite ou on survit dans ce ghetto bourgeois dont tous les charmes ont été mis en bocaux, étiquetés (avec le prix dessus...), rangés à leur place et bourrés de conservateurs chimiques. Ici, rien de ce qui est nouveau n'est gratuit ; la culture est morte à Nogent.
J'ai souffert de ne pouvoir être reconnaissant envers Nogent et les nogentais. Je quitte cette ville sans remords et n'y reviendrai pas.

Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans En direct de mon nombril
commenter cet article