Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Où Suis-Je ? Où Vais-Je ?

  • CorineTitgoutte
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !

A voir aussi

Rendez donc visite à La Carne, mon alter ego énervé. Blog satirique, hygiénique et apériodique.

 

Pour les oreilles :


  • Doude Baolescu : morceaux piochés dans l'ensemble de mon parcours musical.
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 23:23

Hop, nouvelle répète des Consultants hier soir.

Enfin, c'est un bien grand mot ; faut dire que la moitié du groupe avait été convié à un apéro juste avant. Y'a eu des flottements dans les paroles. Heu... dans les notes aussi. Bon, autant dire que c'était pas gagné, et de fait, on a vite abandonné l'idée de produire quelque chose de valable sur un plan musical et artistique. Mais sur le plan "bruits rigolos et débiles", ça a été hyperproductif. Stakhanoviste, même.

Ceci dit, on a quand même avancé sur l'idée des Reprises Surprises dont le choix s'avère beaucoup moins effrayant qu'il pouvait paraître. Exit Annie Cordy, donc. Mais y'a encore du lourd, du très lourd. Tous les vétos n'ont pas encore été posés, des choix sont encore à faire, mais grosso modo, on pourra commencer à arranger et répéter ces reprises dès la semaine prochaine. Ca va faire court pour la Fête de la Musique, mais après tout... ce ne seront pas des reprises de Téléphone, au moins !
L'ami Tony, de BBB (Bring Back the Blues), est passé ; c'est lui qui s'occupe de l'organisation du concert de la Fête de la Musique à Vélizy. Ca avance bien. En plus, il avait de l'Armagnac. C'est un mec qui connaît bien les musiciens. Les Consultants en particulier.

Matthieu-Lionel, l'ingénieur du son qui nous a enregistré-mixé, devrait bientôt finir de produire la démo, y'aura plus qu'à graver.

Puisque tout le monde autour de nous est efficace, la semaine prochaine, c'est décidé, on joue bien. Promis. Hein les gars ?


PS : vu qu'un disque sera bientôt prêt, toute proposition d'aide pour la pochette est la bienvenue (conception, PAO...). C'est pas qu'on peut pas. C'est qu'on peut pas être partout...

Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans Du rock et des cravates
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 17:09

Ca y est, on déménage !
On va troquer notre trois-pièces minuscule avec vue sur les bigots et squatté par des pigeons contre un quatre-pièces avec vue sur la Vallée de Chevreuse. Et c'est bon !
Il se peut que je sois moins assidu ici dans les semaines qui viennent...

Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans En direct de mon nombril
commenter cet article
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 07:34

Ce ne fut pas l'usine à pains à laquelle on s'attendait ; la boulangerie n'était pas si bien achalandée, finalement. Disons que c'était une honnête répétition pour une Fête de la Musique, mais qu'on fera pas Bercy avec ça. Je dois dire qu'on a commencé timidement, comme des puceaux à un premier rendez-vous, tournant autour du pot avant d'entrer dans le vif du sujet. Fake, le morceau énergique qui ouvre le set en concert, avait des allures poussives...
Ceci dit, au fur et à mesure, la pêche est revenue, et la mémoire aussi. Il faut croire qu'elle n'a pas complètement été noyée dans le jus de houblon : peu de pains de structure, au final, même dans les chansons les plus tordues. Bref : du travail honnête qui demande à se dérouiller. Le plus bizarre étant que les morceaux que nous venons d'enregistrer, c'est-à-dire sur lesquels on a passé énormément de temps, n'étaient pas mieux sus que ceux qu'on n'avait pas joués depuis longtemps.

Côté ambiance, ce fut enjoué et gras (nous sommes un groupe unique, le seul dont les membres connaissent plus de vingt synonymes de sodomie). Waranick, le batteur, s'est fait un tennis elbow mais ça ne l'a pas empêché de participer au nettoyage des packs, c'est l'essentiel. On a même commencé à travailler sur un nouveau morceau.

Enfin, on a commencé à réfléchir sur le concept de "reprises surprises". Chacun devra, la semaine prochaine, venir avec deux titres de son choix en mp3 ; les autres ont droit de véto sur un des deux titres, l'autre sera repris sauce Consultants lors des concerts. Ca fait un peu peur, notamment quand on entend murmurer le nom d'Annie Cordy ou des titres de séries TV... mais c'est tout l'intérêt des "Reprises Surprises".

Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans Du rock et des cravates
commenter cet article
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 22:52

Je suis un maniaque du classement.
J'ai pas dit "du rangement", ma chérie, relève-toi.

"Da Vinci Code" est un véritable cauchemar pour quelqu'un atteint comme moi d'une telle pathologie.

La poubelle était pleine, mon premier réflexe a donc été de le ranger dans mon classement "par auteur". Entre Balzac et Bukowski. Ca n'allait pas.

J'ai donc décidé de l'inclure dans mon classement "par intérêt d'intrigue", entre le Catalogue des Trois Suisses et l'annuaire de la Creuse. Mais je n'étais pas satisfait ; il manquait aux personnages du livre de Dan Brown la touche d'authenticité et la variété qu'on pouvait trouver dans ses nouveaux voisins.

J'ai eu un éclair de génie : la catégorie "Livres pour enfants" lui convenait à merveille. Du moins jusqu'à ce que ma fille unique et préférée vinsse au monde ; cela me parut alors une bien moins bonne idée.

En désespoir de cause, il a longtemps été classé entre le premier et le troisième pied de l'armoire du débarras. Ca m'énervait, je vous jure !

Il n'était pas dit que ce serait le premier livre que j'oserais jeter ! On allait voir ce qu'on allait voir !

Mais que faire d'un ouvrage aux pages trop petites pour emballer les épluchures de patates ?

J'ai essayé le book-crossing(1). Je l'ai largué dans les bois, sans remords, en échange d'un paquet emballé dans un sac plastique Fnac opaque, à demi enfoui dans l'humus frais.
Frétillant, j'ouvris l'emballage à peine arrivé chez moi. Il y avait le "Da Vinci Code" et "L'Alchimiste" dedans.

Je crois que je vais me pendre.


(1) www.bookcrossing.com

Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans En direct de mon nombril
commenter cet article
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 22:48

Le calembour est un pet de l'esprit, disait Victor Hugo, qui s'y connaissait. En esprit, je veux dire, parce qu'en pets, je n'ai jamais demandé à Juliette Drouet si ce qui tendait ses draps, les soirs où le génie venait y trouver d'illégitimes extases, s'appelait Louise ou Popaul.
Il s'y connaissait tellement en esprit, Totor, qu'il a finit par leur faire faire tourner les tables sur son île (pas celle du tricot, l'autre) en bramant "Léopoldine, Léopoldine", ce qui est la marque des vrais génies.
Donc, sur la question de l'esprit, on peut se fier au père de Quasimodo : c'est un fin connaisseur.

En ce qui concerne les pets, notre mentor à tous Carlos étant bien malheureusement décédé lui aussi (bien qu'il n'entrât pas au Panthéon, mais - soyons honnêtes - c'est juste parce qu'il aurait fallu faire plusieurs cérémonies et le budget de l'Etat étant ce qu'il est, c'était pas possible), c'est vers d'autres spécialistes qu'il faudrait se tourner, mais franchement là, j'ai la flemme.

Tout ça pour dire que Jean-Luc Fonck est un sacré aérophage.

Je me suis laissé dire (et c'est rare que je me laisse dire, c'est pas mon genre) que la logorrhée calembouresque était un genre de maladie mentale névropathique relativement grave apparentée au syndrome de Gilles de la Tourette. Pour les incultes (arrêtez tout de suite votre lecture et retournez vous pignoler sur le Journal de Mickey, nous ne sommes pas du même monde), le syndrome de la Tourette est une maladie rigolote qui pousse sa malheureuse victime à déblatérer à tort et à travers d'improbables insanités, et, tout à trac, reprendre le cours de la conversation là où elle a été interrompue.
Outre le désopilant effet qu'elle produit sur le spectateur d'un dialogue pareillement interrompu, cette maladie est extrêmement rigolote dès lors qu'on place la victime dans un contexte particulièrement propice à de savoureux développements. Une discussion avec un paranoïaque, par exemple, peut produire bien des situations cocasses.

Mais passons, le sujet d'aujourd'hui est le calembour, trivialement appelé "jeu de mot".
Le calembour est donc une maladie mentale grave, en plus d'être moralement répréhensible (ne dit-on pas "jeu de mot, jeu de vélo" ?).
Je suis sûr que vous brûlez de savoir reconnaître les signes indiscutables (de chevet) qui indiquent (Rivers) une sérieuse prédisposition (du kamasoutra) à la déclaration (de survie) de cette maladie (d'Arbanville).

C'est simple. Cherchez d'abord si le sujet a un goût prononcé pour sa langue. Sa propre langue natale, c'est important : aimer la langue de bœuf en sauce tomate ou celle de sa voisine de palier indique un tout autre genre de maladie mentale, mais n'entre en rien dans les symptômes de la logorrhée qui nous concerne. Et chez ces admirateurs d'idiome, repérez particulièrement ceux qui frémissent à la lecture d'une figure de style particulièrement audacieuse, et qui entrent en érection dès qu'ils aperçoivent le bout du nez d'un zeugma.

Ensuite, vérifiez que le sujet a de la subtilité et de l'humour à revendre. Inutile de traîner du côté de l'Elysée en ce moment, vous ne trouverez aucun cobaye digne d'intérêt pour notre étude. Venez plutôt chez moi, il me reste des cacahuètes.

Enfin, vérifiez surtout qu'il ne triche pas. Notre malade mental transpire le mot d'esprit, il jeu-de-motte sous lui, c'est un incontinent du calembour. Il existe de nombreux faux malades (des fouisseurs de trou de sécurité sociale, assurément, mézouvaton ma bonne dame ?) qui passent des heures et des heures à peaufiner leur "Comment vas-tu, l'Encorrèze ? - Et toi, Ledesneiges ?" pour le présenter, tout pantelants encore, à leur public. Il va sans dire que l'accueil est, au mieux, poli. Le vrai malade est spontané.

Le pire, c'est qu'il est souvent drôle.

 


Doude Baolescu - 2008
Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans Mèches courtes
commenter cet article
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 15:46

Nous avons continué à mixer notre démo hier soir dans une ambiance studieuse (ben voyons), uniquement interrompue par un repas sobre et léger (ben voyons, bis) dans un resto libanais du XIVème arrondissement.
En quoi consiste le mixage à partir d'un enregistrement ? Essentiellement en nettoyage. Ci-dessous, deux exemples avant-après. Notez bien le nettoyage des pistes de voix... Hu hu.

Zou :
D'abord sur "In the Team" (affectueusement surnommé "Crin-crin") ; avec toutes les voix :

 




Voix nettoyées :






Precarious avec toutes les voix (dont une...) :
 





Precarious, voix nettoyées :




Et un p'tit montage de Ron Buckle sur les voix abandonnées, parce que ça aurait été dommage de ne rien en faire...


 



Comme vous pouvez le voir sur ces photos, la vie d'ingénieur du son n'est pas facile...






Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans Du rock et des cravates
commenter cet article
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 07:50

Peu de temps aujourd'hui, alors juste une note pour dire que :
- deux visites d'appart' et un rendez-vous pour déposer un dossier de candidature aujourd'hui, ça va être un marathon épuisant.
- on a bouclé hier soir une nouvelle chanson des Consultants, Precarious. Elle devrait être bientôt audible. On a également peaufiné les autres ; ce devait être la dernière session de mixage. A partir de maintenant, nous allons répéter intensivement en vue de concerts...

Voili voilou, portez-vous bien.

Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans En direct de mon nombril
commenter cet article
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 07:15

Histoire de faire comme si j'avais des amis dans la blogosphère, je vais constituer un maillon de plus dans la chaîne initiée par Francis et reprise par Cubik.
Je rappelle le principe de la chaîne à Francis : il s'agit de trouver 7 faits infâmants sur d'autres bloggeurs qui du coup en crèveront de honte.
Ne brisez pas la chaîne web, sans quoi des tas de malheurs vont s'abattre sur vous et votre entourage (impuissance cérébrale, conversion religieuse, crottes de nez inaccessibles, rupture de stock du dernier Céline Dion... que des calamités) !

Allons-y

1 - Soph' n'est pas vraiment en grève aujourd'hui, elle le fait croire aux syndicats mais en fait elle est malade et se mouche dans des kleenex qui ont déjà servi. En plus, elle compte programmer son opération des seins pour la prochaine grève.

2 - Suzy ne va pas vraiment au cinéma pour voir tous les films qu'elle commente, elle a un deal avec l'ouvreuse qui les lui raconte.

3 - Thorn n'est pas une fille, c'est le pseudo de Loisel qui en avait marre qu'on le traite d'obsédé quand il dessine des femmes à poil.

4 - Brad-Pitt Deuchfal copie tout sur les Mémoires de Houellebecq, manuscrit qu'il a lui volé avant sa publication.

5 - Cubik mange moins de patates ces temps-ci.

6 - Elsa fait dessiner son chat à sa place quand elle a trop picolé.

7 - Francis ne sait même pas traduire la chaîne qu'il a lancée en Chinois.


Vous pouvez vérifier...

Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans Mon blog a une âme
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 18:28

Comme promis, je vous livre ici une petite étude de l'église Saint-Saturnin de Nogent-sur-Marne.


D'un point de vue écologique


On y trouve deux espèces principales, divisées en sous-espèces assez distinctes.

I. L'espèce Benedicti Anurae

Cette espèce bipède dérivée du Sapiens a pour caractéristiques communes une courbure prononcée du dos, une atrophie corticale et une usure précoce du genou. La Benedictus Anura amenne, cri qu'elle pousse lorsque son instinct grégaire la pousse à se réunir en troupeau. Isolées, les Anurae médisent (petit cri presque inaudible mais qui peut être perçu par l'ensemble du troupeau). 

On peut diviser les Anurae en :

- Bigottus : espèce en voie de disparition par déficit de naissances. La population actuelle de Bigotti, malgré l'allongement de son espérance de vie, tend à diminuer fortement. L'extinction est inéluctable, les Bigotti ne pouvant plus se reproduire, mais l'agonie de l'espèce promet d'être longue. Cette sous-espèce a le poil et la peau blancs, et possède une odeur reconnaissable entre toutes. L'excès de génuflexions les rend sensibles aux fractures du col du fémur.

- Sapiens Hortefus : les Sapiens Hortefus vivent en communautés familiales qui peuvent atteindre jusqu'à quinze ou vingt individus. Leur taux de reproduction est très supérieur à la moyenne de l'espèce Anura. Ils ont la peau et la fourrure noires. Du fait de leur taux de reproduction, un strict contrôle de leur population a été décidé par les autorités ; ils peuvent être chassés toute l'année, contrairement aux Bigotti, pour lesquels la chasse n'est autorisée qu'en été, par temps de canicule.

- Scoutus : c'est un Bigottus migrateur au pelage vert ou sable, réhaussé d'une touche de couleur au col. Curiosité biologique, le Scoutus est semble-t-il la larve du Miles Connardus (ce qui tendrait à prouver que le Bigottus est un Scoutus qui a raté son évolution vers le Miles). D'un naturel espiègle et un brin voleur, cet animal se retrouve à la sortie de l'église où il extorque de l'argent pour s'offrir le voyage aux prochaines J.M.J.

II. L'espèce Parasitus Societus

- Le Mendicitus Parasitus semble apparenté au Bigottus, avec qui il partage une odeur répulsive (moyen de défense contre les prédateurs) et une tendance aux douleurs articulaires. Cependant, l'odeur n'est pas la même et le Mendicitus souffre plutôt plus du bras que du genou. Apparenté au Scoutus par son mode de chasse (tendre la main à la sortie de la messe), le Mendicitus semble moins doué, Dieu seul sait pourquoi. Malgré les conditions écologiques, climatiques et politiques tendant à faire augmenter la population de Mendiciti, son peu d'aptitude pour se nourrir et sa fourrure peu efficace bien que développée le rendent particulièrement vulnérable à la faim et au froid. Par chance, l'extrême-onction pourra lui être délivrée dans les plus brefs délais.

- Le Felis Guttarium Catus est bien représenté dans l'écosystème Saint-Saturnien (pas moins de 12 individus). C'est sans doute l'espèce dominante, tant son mode de chasse est performant. Sa technique est impressionnante : il se met sur le dos et pousse son cri de guerre (quelque chose comme "rrrronnnn"), et immédiatement arrivent les Bigotti munies de boîtes de Sheba. Les Mendiciti devraient s'en inspirer. C'est un animal souple, habile, intelligent, bref : le sommet de l'échelle alimentaire. Son seul prédateur est le Vehiculum Urbanis (et notamment le terrible Rangeroverus Rex, dont on estime que l'augmentation de la population sera exponentielle au moins jusqu'à épuisement des gisements pétroliers).


D'un point de vue sociologique

Habiter en face d'une église nogentaise permet de vérifier deux faits statistiques :

- D'une part, le vieillissement de la population française ; avec un ratio de 10 enterrements pour 1 mariage, la tendance est confirmée.

- D'autre part, l'allongement de la durée de la vie ; avec une moyenne d'âge de fréquentation de 75 ans, multipliée par l'âge du capitaine, calculez combien de temps un smicard devra bosser pour payer la retraite des grenouilles de bénitier nogentaises.

Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans En direct de mon nombril
commenter cet article
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 18:44

En consultant les statistiques, j'ai vu un truc marrant. Quelqu'un est arrivé chez moi en tapant "Sale con de Dieu".
Là je dis, merci Google et merci à toi, illustre anonyme. Reviens quand tu veux ; d'ailleurs, de ma fenêtre, je vois l'église Saint-Saturnin de Nogent-sur-Marne, et si ta tête me revient, je t'offre l'apéro : on fera "crôa crôa" depuis mon balcon.
Je vous ferai un petit topo plus précis de la faune de cette église dès que ma fille me laisse un peu de répit. Y'a de quoi en dire...

Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans Mon blog a une âme
commenter cet article