Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Où Suis-Je ? Où Vais-Je ?

  • CorineTitgoutte
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !

A voir aussi

Rendez donc visite à La Carne, mon alter ego énervé. Blog satirique, hygiénique et apériodique.

 

Pour les oreilles :


  • Doude Baolescu : morceaux piochés dans l'ensemble de mon parcours musical.
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 21:08

 

Un nouveau défi de l'Essaim d'Esprits...

 

Les contraintes


La forme : Celle que vous souhaitez ( nouvelle, poeme, slam, chansons.....)
 
La taille  : Minimum 40 lignes pour les textes
             Minimum  4 strophes pour les poemes
 
Le sujet :  Je cherche du travail
 
 
Contraintes : - Utiliser 10 sentiments ( haine, amour, amitié, joie, peine, .......)
              - Parler a la première personne du singulier (JE....vous saviez ça, hein ?)
              - Interdiction d'utiliser : ANPE, ASSEDIC, Curriculum, motivation,postuler, entretient( sous forme entière ou abrégée.....)
              - Interdiction d'utiliser le verbe "avoir" sous quelle forme que ce soit, participe passé compris, et en tant qu'auxiliaire aussi !
              - Trouver et utiliser 10 mots de plus de 5 syllabes
              - Citer un proverbe de Jean de la Fontaine dans votre texte (seul endroit ou le verbe avoir sera toléré.)

 

 

 

Le texte :





- Hé m'sieur ! Je peux te demander un renseignement ? 

- Mais tout à fait, innénarrable jeune homme, je vous écoute attentivement

- Hola, zyva comment tu parles trop bien, m'sieur, j'suis soufflé comme c'est trop stylé !

- Merci, vous me gênez... Alors, que puis-je pour vous agréer ? 

- Alors, je cherche chez m'sieur Ampoix. C'est dans cette rue mais je trouve pas. Ca me vénère grave. 

- Monsieur Ampoix, dites-vous ? Mmh... je ne vois pas... 

- Si ! M'sieur Ampoix, il roule en Renault, même...

- Me voilà dans une expectative inhabituelle. Franchement, non, je ne vois pas, jeune homme... pouvez-vous m'en dire plus ? 

- Ben c'est mon connard d'éducateur qui veut que je cherche du taf et y m'dit faut que j'aille chez Paul Ampoix, là où qu'est la Scénic. Mais y m'gonfle grave à m'envoyer dans des trucs qu'existent même pas... 

- D'accord... je vois mieux... et je suis tout à fait d'accord avec vous : certaines personnes ne semblent sur Terre que pour abuser de notre gentillesse et de notre bonne volonté. C'est absolument insupportable et c'est pourquoi je vais vous aider. Il est de notre devoir de favoriser les initiatives adolescentes

- Stylé ! Zallez faire quoi ? 

- Il se trouve que je suis fort marri et bien embarrassé. Je dois accomplir une livraison ; mais je suis également coincé ici puisque j'attends ma vieille maman qui est partie se faire couper les cheveux chez une amie. Cette situation dérisoirement cocasse m'ennuie profondément. 

- Heu... ça veut dire quoi ? 

- Pardon. Vous voudriez me rendre le petit service de livrer ce colis ? Je vous dédommagerai grassement. 

- Stylé ! Ca veut dire que tu vas payer ? Excellent, j'kiffe grave. 

- Oui ! C'est cela. Le travail est simplissime : vous emmenez ce paquet au commissariat, vous revenez et je vous octroie une rémunération de 100 euros. 

- 100 euros pour ça ? D'la balle ! Mais... par contre, le commissariat, j'sais pas trop... des fois, ils veulent me garder.

- Bast, laissez-moi donc votre couvre-chef, ce sera un gage de l'exemplarité de votre conduite et vous ne subirez aucun désagrément avec la maréchaussée. 

- Mon quoi ? 

- Votre chapeau. 

- Quoi ? Ma casquette des Spurs ? T'es ouf dans ta teutê, toi ! J'laisse pas ma casquette, rien à foutre. J'supporte pas. 

- 100 euros. Vous pourriez vous acheter un nombre incommensurable de casquettes, avec cette somme. Je suis désagréablement surpris de vos tergiversations

- Bon, bon, OK, j'vais le faire, sois pas fâché. T'nez, ma casquette. P'tain, c'est lourd, votre truc. Et heu... tu peux m'donner une garo aussi ? 


*

*    *


ATTENTAT DANS UN COMMISSARIAT DE BANLIEUE

 

Vitry-sur-Seine, 12 avril 1996. Un attentat au colis piégé s'est déroulé au commissariat de Vitry-sur-Seine hier vers 15 heures, faisant trois morts et douze blessés. Parmi les victimes, on dénombre bien sûr des policiers, mais aussi des usagers, dont, détail regrettable, un mineur de seize ans. Les enquêteurs du commissariat de la ville voisine de Villejuif se sont immédiatement mis en chasse. 

Les dégâts matériels sont également impressionnants. Les premières estimations indiquent qu'il faudra des mois de travaux pour remettre le commissariat en état. C. T. 



*

*    *


- "Tout flatteur vit aux dépends de celui qui l'écoute."

Et je ne fume pas, petit con.

Partager cet article

Repost 0
Published by CorineTitgoutte - dans Mèches courtes
commenter cet article

commentaires