Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Où Suis-Je ? Où Vais-Je ?

  • CorineTitgoutte
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !

A voir aussi

Rendez donc visite à La Carne, mon alter ego énervé. Blog satirique, hygiénique et apériodique.

 

Pour les oreilles :


  • Doude Baolescu : morceaux piochés dans l'ensemble de mon parcours musical.
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 21:49
CHAPITRE QUATRIEME (on vous avait prévenus)




Or donc, à un moment, dans ce cours, toutes les têtes de l'amphi se tournèrent vers nous, et restèrent ainsi, au grand dam du prof, jusqu'à la fin. Nous étions au fond, près de la porte, ce qui nous permit de sortir assez rapidement, cependant bien vite suivis par les étudiants présents. On se réfugia alors dans les toilettes, toutes proches, s'enfermant dans l'intimité. Il faut dire qu'avec Euphoria, on était mal à l'aise, comme ça, si proches dans ce lieu dégueulasse. Nous n'avions rien à dire, perdus dans la contemplation de son beau visage, et ce fut elle qui rompit le silence :
"Mais, au fait, où habitez-vous ?
Nous nous regardâmes, le Marquis et moi, sûrs qu'au fond de chacun de nos yeux se trouvait le même rêve...
"Nous habitons un modeste palais du côté de Gevrey-Chambertin, au milieu des vignes dont nous sommes les principaux propriétaires. Nous y allons ?
- Avec plaisir !"

*
*   *

Décidément, j’adore ces petites étoiles. On se croirait dans un laboratoire d’astronomie, c’est d’un poétique, bordel ! Bref.

Notre puissant cabriolet vert et mauve à motifs floraux orange (original, non ?), 3243134521324 chevaux (sous le capot) et des poussières (dans le coffre), arriva devant la grille d'argent forgé de notre imposante demeure. Les battants étaient ornés de poignées en or représentant une Aphrodite dans son plus simple appareil. Ses jambes, une sur chaque battant, s'écartèrent sous l'effet d'une simple pression nonchalante de la main moite du Marquis sur la touche rouge (le Marquis a du mal avec les couleurs secondaires ; le rouge, c'est pour ouvrir, le bleu pour fermer, et le jaune pour tirer la chasse, tandis que le blanc est sur son nez) de la télécommande prévue à cet effet. Vous avez remarqué le point ? Ca faisait longtemps qu'on n'en avait pas vu !
La voiture roula au pas à travers le jardin. A droite, les trois cent cinquante jardiniers interrompirent leur ouvrage, à savoir la sculpture d'un séquoia géant à notre effigie, pour nous saluer bas. A gauche, les huit cent soixante-trois viticulteurs s'occupaient à recueillir le fruit sacré que nous faisions pousser sous serre afin d'avoir la primeur du marché, suivant le fameux adage : "qui récolte raisin au printemps, ramasse le blé des concurrents".

Surgissant des bois nous apparut le palais marmoréen surplombant la réplique exacte et à l'échelle des Chutes du Niagara (à mon humble avis, j'aurais préféré avoir en surplomb la Chute de Reins de la chanteuse du groupe du même nom). Pour contourner la cataracte, nous empruntâmes l'hélicoptère du gardien (qui ne sert qu'à ça ; pas le gardien, l'hélico), qui le tenait lui-même de Springfellow Hawk (en français dans le texte).

C'est à ce moment que nous aperçûmes l'un de nos plus fidèles serviteurs s'échapper à grands cris de notre humble résidence, nu avec pour lui servir de slip la bouche d'une soubrette, suivie elle-même du reste de son corps, lui-même étant très attaché aux autres domestiques par des liens affectifs et dégoulinants, formant ainsi la chaîne orgiaque, symbole de la vie quotidienne au château. Tout ce petit monde hurlait et se trémoussait, non sous l'effet auquel on pense, mais sous celui des flammes que l'accessoiriste de La Tour Infernale avait accepté de nous prêter pour étoffer l'intrigue de notre oeuvre.

Arrivant au pied du palais, je me jetai hors de l'hélicoptère afin, en fier David, de combattre le Goliath infernal. Je reçus à ce moment un brandon enflammé sur ma superbe chevelure, qui s'embrasa aussitôt. D'un bond rapide et félin, je m'élançai tel la gazelle des steppes africaines chères à Hemingway, la tête la première dans les Chutes, faisant pied de nez aux saumons qui eux, comme des cons, essayaient de remonter.

A cet instant, une main secourable, louée soit-elle, me sortit la tête de l'eau. Avec une stupeur suffocante, je me rendis compte que j'avais rêvé : le feu de mon songe n'était que la flamme du briquet que me tendait Euphoria pour allumer ma cigarette et qui avait bouté le feu à mes cheveux encombrants, ma chute dans les humides abîmes n'était autres que la tentative du Marquis pour m'éteindre en me plongeant la tête dans le trou des gogues.


*
*   *


"Non, j'déconne ! Nous habitons en fait un clapier banlieusard de trois mètres carrés comme tout étudiant moyen...
- Bon... ben... on va chez moi, alors", répondit-elle, cruelle. Nous la Suivîmes, Dociles. Fragiles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cubik 15/02/2007 13:53

ben quoi? ils vous plaisent pas les toilettes? >)