Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Où Suis-Je ? Où Vais-Je ?

  • CorineTitgoutte
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !

A voir aussi

Rendez donc visite à La Carne, mon alter ego énervé. Blog satirique, hygiénique et apériodique.

 

Pour les oreilles :


  • Doude Baolescu : morceaux piochés dans l'ensemble de mon parcours musical.
3 juin 2006 6 03 /06 /juin /2006 11:54

Le niaiseux va aux putes pour se faire déniaiser
Le bourgeois lui y va comme on fait son marché
Il consomme vite fait, très pressé, son pain d’fesse
Puis il paye et s’en va sans saluer son hôtesse
Il remet son chapeau pour bien cacher ses yeux
Puis file dans un taxi soulagé mais honteux
C’est à croire que pour lui, le moment qu’il préfère
Sa jouissance, c’est quand il sort sa cart’ bancaire


Il y a cent mille façons d’aller voir les dames
En voiture, en camion, à vélo ou à ch’val
Mais tout bien réfléchi, tout bien considéré
La plus sale des manières c’est celle du sous-préfet 


Le niaiseux va aux putes pour se faire déniaiser
Le bon père, lui y va par sécurité
Quand sa robe de bure se change en chapiteau
Pour ne pas être pris dans le slip d’un marmot
Il va incognito, la capuche sur le crâne
Prier sainte Vérole en mordant sa soutane
Levant les yeux au ciel pour savoir si l’bon Dieu
En regardant la scène lui f’rait pas les gros yeux


Il y a cent mille façons d’aller voir les dames
En voiture, en camion, à vélo ou à ch’val
Mais tout bien réfléchi, tout bien considéré
La plus drôle des manières c’est celle du curé


Le niaiseux va aux putes pour se faire déniaiser
L’dépressif lui y va plutôt pour jacasser
Quand il va faire valoir son besoin de tendresse
Il n’attend qu’une oreille en guise de caresse
Il s’étale, il s’étend sur ses petites misères
Et la dame, pendant c’temps, s’ennuie comme un cim’tière
Pourtant comme elles ont toutes un souci d’honnêt’té
Elles écoutent souvent mieux qu’un psy d’la faculté 


Il y a cent mille façons d’aller voir les dames
En voiture, en camion, à vélo ou à ch’val
Mais tout bien réfléchi, tout bien considéré
La plus chiante des manières c’est celle du névrosé


Le niaiseux va aux putes pour se faire déniaiser
Ca se pratique encore dans des coins reculés
A Trifouillis-les-Oies où le fils du pécore
S’fait emm’ner par papa dès que fleurit son corps
Il est poli, timide et tout confusionné
Et passe l’entrevue à regarder ses pieds
Si la dame l’entreprend de façon trop pressée
L’temps d’ôter ses bretelles, c’est déjà terminé


Il y a cent mille façons d’aller voir les dames
En voiture, en camion, à vélo ou à ch’val
Mais tout bien réfléchi, tout bien considéré
La plus naïve des manières c’est celle du fermier


Le niaiseux va aux putes pour se faire déniaiser
Le routier lui y va comme il fait son métier
La pause syndicale sur les aires d’autoroute
Il l’emploie fréquemment pour faire gagner sa croûte
A la grosse Lulu, celle qu’a sa camionnette
Bien garée proprement près des water-closets
Elle vaut pas les posters qu’il a dans sa cabine
Mais les stoppeuses maint’nant n’entr’nt plus dans la combine


Il y a cent mille façons d’aller voir les dames
En voiture, en camion, à vélo ou à ch’val
Mais tout bien réfléchi, tout bien considéré
La plus simple manière c’est celle du routier


Le niaiseux va aux putes pour se faire déniaiser
Et pour cela il met la main au porte-monnaie
Y’a des gens pour lesquels il n’en est pas question
J’dirais même au contraire qu’ils palpent du pognon
Car tous les bénéfices qui échappent au sout’neur
Vont tout droit à la poche de la brigade des mœurs
Tout cet argent qu’ils volent à ces pauv’ filles de joie
Assure leur retraite, arrondit leurs fins d’mois


Il y a cent mille façons d’aller voir les dames
En voiture, en camion, à vélo ou à ch’val
Mais tout bien réfléchi, tout bien considéré
La plus cruelle manière c’est bien celle des poulets


Il y a cent mille façons d’aller voir les dames
En voiture, en camion, à vélo ou à ch’val
Mais tout bien réfléchi, tout bien considéré
La plus sage des manières, c’est d’y aller protégé

Corinne Tit'goutte - 2005

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nelly. 21/06/2006 21:06

j'aime trop ce texte, en passant, je ne chante pas, enfin si beaucoup, mais pas pour de vrai. juste une petite félicitation anonyme, en passant,