Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Où Suis-Je ? Où Vais-Je ?

  • CorineTitgoutte
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !

A voir aussi

Rendez donc visite à La Carne, mon alter ego énervé. Blog satirique, hygiénique et apériodique.

 

Pour les oreilles :


  • Doude Baolescu : morceaux piochés dans l'ensemble de mon parcours musical.
3 juin 2006 6 03 /06 /juin /2006 10:50

Hé viens donc, petite fleur sans histoire et sans âme
Petite poupée brisée que Dieu a oublié
Reléguée à la place que bien longtemps les femmes
N’ont jamais, jamais eue dans notre société
Des lunettes noires baissées sur des yeux anonymes
Veux-tu donc nous cacher jusqu’à ton patronyme
Ou bien ne sont-elles là que pour cacher les bleus
Et les larmes que retient ton cœur amoureux


En échange de tes vœux d’être belle et soumise
Les caresses que tu as eues n’étaient pas celles promises
Ce beau jour où tu crus les mots pieux du curé
Et le serment rendu par l’homme à tes côtés
Qui grava dans le marbre de l’autorité
Divine l’hypocrisie et ta crédulité
Une nuit d’noces de joie, de feu et d’amour fou
Quelques baisers rapides, une troussée et c’est tout


Le lend’main de la noce, guère moins émoustillée
Tu ne t’attendais pas à prendre une dérouillée
Pour avoir, encore toute à ton immense bonheur
Paressé dans les draps imprégnés de sa sueur
Suffoquée de surprise, tu ne pleuras même pas
Pas plus que ne songeas à l’abandonner là
Et ce fut le début d’une lignée d’horreurs
T’étais-tu habituée à la douleur ? 


De ce que tu reçus d’la vocation d’épouse
Nul droit n’autorises à ce que tu découses
Ce que le Dieu des hommes devant témoins cousit
Mêm’si en crin se changèrent les draps du lit
Même si la chaleur du charbon du foyer
Brûla ton cœur en se changeant en brasier
Et quand bien même t’en vint cette idée amère
D’épouse, pour te garder, il te fit mère


Pire que tout, la question cruciale et fatidique
Tournait en boucle dans ton tube catholique
« Quelle faute ai-je commise, quel pêché mortel
Me vaut tous ces tourments, ce châtiment cruel ? »
Mais qu’avais-tu pour te croire toujours coupable
Chaque fois qu’il détachait son maudit ceinturon
Et je te crois en plus encore capable
De t’en aller l’attendre à sa sortie de prison

 

Corinne Tit'goutte - 2005

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

songe 23/09/2009 19:03


Putain de merde que c'est bien écrit !!!  Désolée mais c'est ce qu'il m'est venue e lisant.... J'ai honte de
parler comme ça mais tant pis... (au fait c'est de date c'est le jour de mon anniversaire )


CorineTitgoutte 23/09/2009 19:15


Ben merci :)
Et bon anniversaire pour quand ce sera ton anniversaire du jour de la date :)


Henriette+Mauvaise-Foi 09/06/2009 18:13

et voilà.... pitin des jours qu'inconsciemment je cherchait pourquoi j'etais partie sur une pooupée cassée... des jours que je me demandais le cheminement que j'avais suivi...je savais que cette idée n'etait pas de moi..ça ne collait pas avec ma vision, même si le sujet reste vrai..A force de chercher, j'ai finis par te retrouver...

Henriette Mauvaise-Foi 26/03/2009 23:56

magnifique...tu sais ce que j'en pense...