Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Où Suis-Je ? Où Vais-Je ?

  • CorineTitgoutte
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !
  • J'arrive pas à choisir entre éducateur, musicien, écrivain ou dessinateur. Du coup, je vous laisse choisir ici !

A voir aussi

Rendez donc visite à La Carne, mon alter ego énervé. Blog satirique, hygiénique et apériodique.

 

Pour les oreilles :


  • Doude Baolescu : morceaux piochés dans l'ensemble de mon parcours musical.
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 18:28

Comme promis, je vous livre ici une petite étude de l'église Saint-Saturnin de Nogent-sur-Marne.


D'un point de vue écologique


On y trouve deux espèces principales, divisées en sous-espèces assez distinctes.

I. L'espèce Benedicti Anurae

Cette espèce bipède dérivée du Sapiens a pour caractéristiques communes une courbure prononcée du dos, une atrophie corticale et une usure précoce du genou. La Benedictus Anura amenne, cri qu'elle pousse lorsque son instinct grégaire la pousse à se réunir en troupeau. Isolées, les Anurae médisent (petit cri presque inaudible mais qui peut être perçu par l'ensemble du troupeau). 

On peut diviser les Anurae en :

- Bigottus : espèce en voie de disparition par déficit de naissances. La population actuelle de Bigotti, malgré l'allongement de son espérance de vie, tend à diminuer fortement. L'extinction est inéluctable, les Bigotti ne pouvant plus se reproduire, mais l'agonie de l'espèce promet d'être longue. Cette sous-espèce a le poil et la peau blancs, et possède une odeur reconnaissable entre toutes. L'excès de génuflexions les rend sensibles aux fractures du col du fémur.

- Sapiens Hortefus : les Sapiens Hortefus vivent en communautés familiales qui peuvent atteindre jusqu'à quinze ou vingt individus. Leur taux de reproduction est très supérieur à la moyenne de l'espèce Anura. Ils ont la peau et la fourrure noires. Du fait de leur taux de reproduction, un strict contrôle de leur population a été décidé par les autorités ; ils peuvent être chassés toute l'année, contrairement aux Bigotti, pour lesquels la chasse n'est autorisée qu'en été, par temps de canicule.

- Scoutus : c'est un Bigottus migrateur au pelage vert ou sable, réhaussé d'une touche de couleur au col. Curiosité biologique, le Scoutus est semble-t-il la larve du Miles Connardus (ce qui tendrait à prouver que le Bigottus est un Scoutus qui a raté son évolution vers le Miles). D'un naturel espiègle et un brin voleur, cet animal se retrouve à la sortie de l'église où il extorque de l'argent pour s'offrir le voyage aux prochaines J.M.J.

II. L'espèce Parasitus Societus

- Le Mendicitus Parasitus semble apparenté au Bigottus, avec qui il partage une odeur répulsive (moyen de défense contre les prédateurs) et une tendance aux douleurs articulaires. Cependant, l'odeur n'est pas la même et le Mendicitus souffre plutôt plus du bras que du genou. Apparenté au Scoutus par son mode de chasse (tendre la main à la sortie de la messe), le Mendicitus semble moins doué, Dieu seul sait pourquoi. Malgré les conditions écologiques, climatiques et politiques tendant à faire augmenter la population de Mendiciti, son peu d'aptitude pour se nourrir et sa fourrure peu efficace bien que développée le rendent particulièrement vulnérable à la faim et au froid. Par chance, l'extrême-onction pourra lui être délivrée dans les plus brefs délais.

- Le Felis Guttarium Catus est bien représenté dans l'écosystème Saint-Saturnien (pas moins de 12 individus). C'est sans doute l'espèce dominante, tant son mode de chasse est performant. Sa technique est impressionnante : il se met sur le dos et pousse son cri de guerre (quelque chose comme "rrrronnnn"), et immédiatement arrivent les Bigotti munies de boîtes de Sheba. Les Mendiciti devraient s'en inspirer. C'est un animal souple, habile, intelligent, bref : le sommet de l'échelle alimentaire. Son seul prédateur est le Vehiculum Urbanis (et notamment le terrible Rangeroverus Rex, dont on estime que l'augmentation de la population sera exponentielle au moins jusqu'à épuisement des gisements pétroliers).


D'un point de vue sociologique

Habiter en face d'une église nogentaise permet de vérifier deux faits statistiques :

- D'une part, le vieillissement de la population française ; avec un ratio de 10 enterrements pour 1 mariage, la tendance est confirmée.

- D'autre part, l'allongement de la durée de la vie ; avec une moyenne d'âge de fréquentation de 75 ans, multipliée par l'âge du capitaine, calculez combien de temps un smicard devra bosser pour payer la retraite des grenouilles de bénitier nogentaises.

Partager cet article

Repost 0
Published by Doude Baolescu - dans En direct de mon nombril
commenter cet article

commentaires

Grand Pet 23/05/2008 16:36

La longévité peut certes poser un problème. Cependant leur douteuse habitude de se regrouper dans des édifices vieillissants peut se comparer au fait de mettre tous les œufs dans un même panier : y'a moyen d'espérer un combo qui tache. Notez que le Mendicitus ou le Felis serait épargné, ce qui ferait encore jaser à propos de certaines voies dites impénétrables.

leduc 21/05/2008 13:52

Communément appelé "Militaire de base".

cubik 21/05/2008 10:42

des details sur le miles connardus?